Vous êtes ici

En Mémoire de Jean Michel Harte 6e Dan

Shihandai Jean-Michel Harte

Jean Michel est né le 10 juin 1966. Il vient de s’éteindre paisiblement, lundi vers 4h du matin, après une maladie soudaine et très pénible. Il avait à peine quarante quatre ans. Je suis fort affecté, comme vous tous par cette triste disparition. Ce sera une grande perte pour le Budo Belge. Mais aussi une grande perte pour sa grand-mère, ses amis proches, ses disciples, ses élèves et pour tous les membres Belges de la DNBK. Je le connaissais depuis 1985. Et j’ai donc pu apprécier ses grandes qualités humaines, sa loyauté, son grand respect des anciens et de tous, sa gentilesse, sa serviabilité, sa soif d’apprendre et de transmettre, sa créativité, son sérieux et son humour. Il me disait dans un message récent, je cite : Mon but est de promouvoir les arts martiaux japonais avec leurs philosophies, pour une meilleure compréhension de l’âme et du corps, ainsi que de pouvoir vivre en harmonie avec ce qui nous entoure. Jean-Michel avait compris les fondements du Budo.

Permettez-moi de retracer son parcours Budo.

En 1983, Jean-Michel Harte débute la pratique de l’Aikido chez Maître Potemberg, président de l’EBASA, L’Ecole Belge d’Aikido et des Sports Assimilés, situé à Namur/Jambes. En 1985, il rejoint le Dojo "Judo Aikido Club Renaissance", dirigé par le Sensei Christiane Beguin et situé à Namur/Salzinnes. C’est à cette époque que je l’ai connu : il avait 19 ans et suivait régulièrement l’enseignement de Christiane, mais également des stages que je dirigeais dans ce dojo à l’époque. C’est en 1985 également, qu’il s’affilie au Budo Council of Belgium, puis à la Tokushima Budo Council International, dont le président était le Kancho Alfred Bates, alors 8e Dan Hanshi.

En 1986, Jean Michel suit un cours de Jujutsu pendant deux ans. C’est en 1988, qu’il commence la méditation Zen, pendant deux ans, jusqu’au décès du maître de Dojo.

En 1989, il présente un examen de Shodan devant la Commission des Grades Dan (dont je faisais partie) à Budo Collège Belge. En 1992, il est gradé 2e Dan Aikido par la même Commission. Jean-Michel continue à suivre les cours dans le Dojo de Namur.

En 2003, il quite Namur et suit régulièrement les cours de l’Aikikai à Herstal, pendant un an.

Puis en 2004, il rejoint le Dojo de Maître Marcel Fisset, qui lui attribue le grade de 3e Dan Aikido. Il entreprend, en parallèle, une formation en Naginata qu’il enseigne ensuite. Maître M. Fisset le nomme 5e Dan en 2006.

En 2005, Jean Michel reprend contact officiellement avec moi et il décide de s’affilier à la Dai Nippon Butoku Kai. Je le recommande alors auprès du Hanshi Hiroyuki Tesshin Hamada Hanshi qui lui attribue les dipômes DNBK de 4e puis de 5e Dan en Aikido. Enfin, soucieux de reconnaître ses qualifications pédagogiques, je le recommande pour le titre de Shihandai Aikido DNBK. C’est à cette époque (2005) que Jean-Michel fonde son Dojo à Liège Angleur, où (me disait-il) il prenait beaucoup de plaisir de voir des jeunes et des moins jeunes pratiquer avec le sourire.

Jean-Michel avait repris la méditation "Zen Soto" avec ses pratiquants et nous le vîmes pratiquer et chanter un sutra pendant un Rensei Taikai Régional à Liège, organisé par le Renshi Robert Dejardin.

Jean-Michel enseignait aussi le Jodo des 5 éléments. Il s’inspira d’une de mes publication : "Théorie et Philosophie dans la pratique du Jodo" pour mettre au point, avec beaucoup de créativité, un kata de Tessen (Eventail) sur base de la loi des 5 éléments.

Jusqu’au dernier moment, Jean-Michel pratiqua et enseigna l’Aikido, le Jodo, le Tessen et l’Iaido.

Jean Michel faisait montre de créativité dans sa pratique et je considère qu’il avait l’étoffe d’un maître : une maîtrise technique, pédagogique et spirituelle. C’est la raison pour laquelle je lui décerne le grade de 6e Dan en Aikido, malheureusement à titre posthume.

Shihandai Jean-Michel Harte Shihandai Jean-Michel Harte

Hanshi Pierre Chalmagne So Shihan Hachidan DNBK
Daihyo DNBKID Division Belge – Kenshoin Aikido DNBKID


Etiquettes: